Bad Man

07/03/2019

Bonsoir chez vous, ce soir je viens vous parler de Bad Man de Dathan Auerbach.

Titre : Bad Man

Auteur : Dathan Auerbach

Éditeur : Belfond Noir, le 21 février 2019

Page : 448

Prix : broché : 21,90€ / numérique : 12,99€


Cela fait plusieurs jours que j'ai terminé ce livre, j'ai attendu de le digérer un peu avant d'en écrire mon retour. Tout était là, le décor, les personnages, une écriture efficace et une dynamique pour le moins intéressante, dans les débuts. Il avait tout pour me plaire, pourtant lui et moi n'avons pas vraiment fusionné comme je l'espérais. Je suis dubitative sur de nombreux points, est-ce des incohérences ou moi qui ai loupé des points précis ? Même en relisant certains passages et en prenant le recul nécessaire je ne sais toujours pas. Le fait est qu'à un moment j'ai un peu décroché puis nos chemins se sont quelque peu séparés.

Prenez une petite ville de Floride coupée du monde, mettez-y une poignée de personnages autour d'une étrange disparition d'enfant. Voilà la base de cette intrigue qui va vous immerger petit à petit dans une ambiance quelque peu étouffante. 

Ben a quinze ans et doit s'occuper de son jeune frère Éric trois ans. L'adolescent est vite fatigué par le comportement du jeune garçon, mais en grand frère responsable il prend sur lui, gère de son mieux quitte à céder à quelques caprices enfantins. Sa vie va prendre un tournant dramatique lorsqu' Éric va disparaitre mystérieusement alors qu'ils faisaient tous les deux des courses dans le supermarché du coin. 

Cinq années plus tard, toujours en quête de réponse, il va se faire embaucher comme manutentionnaire de nuit dans ce même magasin. Rongé par la culpabilité et l'horreur dans laquelle sa vie à plongée il ne cessera jamais de tout retourner pour connaitre la vérité. Celle-ci aura un prix et le passage en caisse risque de lui revenir très cher.

Roman présenté comme digne successeur de Stephen King, pour moi la comparaison est un peu présomptueuse. Malgré une grande qualité d'écriture, il m'a manqué des ingrédients pour pouvoir dire qu'il est dans la même lignée que le maître niveau suspense et angoisse. L'auteur prend bien le temps de planter son décor qui semble figé dans le temps. Il nous fait vivre aux côtés de ses personnages, jouant ainsi avec le lecteur afin de lui faire monter la pression petit à petit. C'est un aspect que j'ai aimé dans le début et encore une fois accompagné par une dynamique d'écriture plaisante. 

Le déroulement de l'intrigue va en grande partie se passer dans ce supermarché, l'ambiance y est pesante et anxiogène. La ville semble coupée du monde, nous nous promenons avant tout dans ce lieu qui se trouve cerné par une forêt très dense. Un huis clos en quelque sorte, qui va conforter cette impression d'étouffement et de regard en coin, car dans cette ville tout le monde semble cacher quelque chose. Ce qui m'a embêtée c'est le contenu, le texte est très long, certes au début c'est appréciable pour camper le décor, mais après c'est trop et selon moi cette rallonge fait perdre de la qualité et de l'intensité au récit. Le réel et l'imaginaire se côtoient de si près que là aussi on peut vite se perdre et sur certains passages décrocher. Je parlais d'invraisemblances au début de ce retour, cela aussi est un point gênant, j'aime être baladée et surprise dans mes lectures, mais ici ça n'a pas été le cas. Ce sont plus des éléments qui ne concordent pas tout à fait entre eux où alors j'ai vraiment loupé des choses malgré ma lecture attentive. Le fait de revenir en arrière pour relire certains passages pour essayer de comprendre l'élément nouveau ne rend pas la lecture fluide comme elle le devrait. 

C'est dommage, car l'ambiance et la qualité d'écriture sont là, mais trop d'éléments viennent parasiter le tout et au final on ne va pas bien loin. Quant à la fin elle m'a laissée vraiment de marbre, alors tout cela renforce mon impression assez mitigée et un rendez-vous quelque peu manqué. Je remercie les éditions Belfond et BePolar pour l'envoi de ce livre.


Résumé : Révélation ! Bad Man signe l'entrée fracassante de Dathan Auerbach dans l'arène des maîtres du suspense et de l'angoisse en successeur de Stephen King.
On dit que, passé quarante-huit heures, les chances de retrouver une personne disparue sont quasi nulles. Deux jours pour ratisser les bois alentour, frapper à toutes les portes, remuer ciel et terre. Passé ce délai, l'espoir n'est plus permis.Eric, trois ans, a disparu il y a cinq ans. Peu à peu, les affichettes ont jauni, les policiers se sont désintéressés de l'affaire, la vie a repris son cours dans cette petite ville désaffectée de Floride.Pas pour Ben, le grand frère de la victime. Qui ne s'est jamais remis du drame. Qui a vu sa famille sombrer. Mais qui n'a jamais cessé ses recherches.Recruté en tant que magasinier de nuit dans le supermarché même où Eric a disparu, Ben sent que les lieux ont quelque chose à lui révéler. Quelqu'un sait où est son frère, une personne qui prend un malin plaisir à se jouer de lui. Qui ? Le directeur qui n'a jamais collaboré à l'enquête ? Ses collègues auxquels il a accordé trop vite sa confiance ? Mais il y a plus que ça, une présence impalpable, diffuse, qui brouille ses pensées... Qui est ce bad man dont l'ombre inquiétante plane sur la ville ?


Auteur : Dathan Auerbach vit actuellement en Floride. Après Penpal, Bad Man est son deuxième roman, le premier à être publié en France.

www.lesmotsdelau.fr