Chez nous

03/07/2020

C'est le coeur lourd que je vous annonce que... j'abandonne 😔 


C'est très très rare que je ne termine pas un livre et j'ai vraiment horreur de ça mais là je n'y arrive pas. 

"Chez nous" de Louise Candlish. 

J'ai fait l'effort d'aller jusqu'à la moitié mais rien ne change, pour moi il n'y a même pas vraiment d'histoire.
J'ai lu la fin pour essayer de voir ce qui avait pu changer entre la moitié du livre non lu et la "révélation" mais je m'aperçois que je n'ai rien loupé en faite 🤷‍♀️

L'histoire de ce livre est dans le résumé voilà tout est dit, nous sommes sur un format broché à 22 euros pour 480 pages et en plus de la frustration je ressens une forme de colère contre ce roman. 

Des longueurs à n'en plus finir et le tout multiplié par deux car on suit la femme façon interview confession et d'autre part la version du mari qui nous relate tout ça sur un fichier word. 


Trop de lourdeurs, aucun rebondissement, un ennui total pour moi et je dois dire que pendant deux jours j'ai très bien dormi 🙈

Cependant, si vous l'avez lu et si vous l'avez aimé je suis curieuse de connaître vos avis et vos commentaires ^^ 


Voilà je ne vais pas en faire un retour complet sur la moitié que j'ai lu car franchement là tout est déjà dit... 

Résumé

Ils pensaient s'être séparés « intelligemment ». Ils avaient, en tout cas, trouvé un accord : ils habiteraient à tour de rôle avec leurs enfants dans leur belle demeure de Trinity Avenue, dans le sud de Londres. Mais l'histoire a mal tourné. Très mal tourné.
Un jour d'hiver, en rentrant chez elle, Fiona Lawson tombe sur des déménageurs. Tous ses meubles ont disparu, il y a des gens dans sa maison – un couple qu'elle n'a jamais vu lui annonce qu'il en est le nouveau propriétaire. Fiona essaie immédiatement de joindre son mari, mais son numéro est hors service. Et ses enfants, eux aussi, ont disparu. Cauchemar éveillé ? Cela ne fait que commencer !Entre Desperate Housewives et Les Apparences, Chez nous est un thriller redoutablement addictif, qui tient son lecteur en haleine jusqu'à la dernière page.


www.lesmotsdelau.fr